Accueil Kassoumay La Casamance au Sénégal


La Casamance

La Casamance


> Accueil

< Casamance

> Tourisme
    > Ziguinchor
    > Enampore
    > Oussouye
    > Cap Skirring
    > M'Lomp
    > Elinkine
    > Kafountine
    > Iles

> Casamançais

> Histoire

> Comment aller



A l'extrême sud du Sénégal, la Casamance compte 800.000 habitants sur une superficie de 29.000 km2. Le fleuve qui lui a donné son nom irrigue la région sur plus de 300 km et est navigable jusqu'à Ziguinchor la principale ville.

Le fleuve et la densité de son réseau hydrographique, la douceur du climat, l'abondance des pluies et la fertilité des terres font de la Casamance le grenier du Sénégal.


Plage de Diembereng sur la côte Atlantique




La Casamance se situe entre la Guinée Bissau et la Gambie, pays anglophone enclavé à l'intérieur du Sénégal. La région est délimitée à l'est par le fleuve Gambie et à l'ouest par l'Océan Atlantique avec 86 km de côtes.



La Casamance en vert au sud du Sénégal




Le climat tropical de type guinéen est adoucit à l'ouest par les alizés provenant de l'océan, la température moyenne est de 28°C.

Grâce à la mousson provenant de l'anticyclone de Sainte-Hélène la saison des pluies, appelée l'hivernage, s'étale de juin en octobre. La Casamance est la région la plus arrosée du Sénégal, avec une précipitation moyenne de 1.400 mm par an.




Température actuelle à Ziguinchor







Activités économiques


L'activité industrielle se cantonne à Ziguinchor, traitement et conditionnement des poissons, crevettes et fruits, usines à bois, et surtout l’huile d'arachide qui génère 90% des activités du port pour le transport de l’huile.

Récolte du riz
Favorisée par le climat et des sols très fertiles l'économie régionale repose essentiellement sur l'agriculture, 80 % de la population s'adonne à des activités agricoles.

Le riz avec 40.000 ha de rizières, plus de la moitié des terres cultivées en Basse Casamance, pour une production annuelle d’environ 50.000 tonnes est la culture la plus pratiquée.

Viennent ensuite le mil, l'arachide, le maïs, le sorgho et le niébé. La région produit aussi beaucoup de fruits, la mangue est la plus cultivée, et sur les marchés l'on trouve oranges, mandarines, pamplemousses, bananes ...


La culture du cajou, fruit de l’anacardier, est en pleine progression. La noix de cajou est utilisée comme friandise apéritif et dans l’industrie du chocolat. La pulpe de la pomme de cajou, très riche en vitamines C, sert à la fabrication de confitures et de jus de fruits. Mais aussi du "soum-soum", un alcool artisanal obtenu après fermentation de la pulpe.


C'est seulement après la récolte du riz que les Casamançais se lancent dans d'autres activités.

Les hommes pêchent, construisent ou entretiennent les habitations et récoltent le vin de palme, appelé "bunuk", 300.000 litres de cet alcool sont produits chaque année.

Les femmes font le maraîchage, la cueillette du sel, huîtres de palétuviers, coquillages, la transformation du poisson et la préparation de l'huile de palme.



La baisse de la pluviométrie de ces dernières années a fait remonter la salinité, l'acidification et l'ensablement des terres cultivables. Et malgré la construction de barrages un bon nombre de rizières deviennent inexploitables. Aussi pour les Casamançais la pêche et ses dérivés, constructions de pirogues, accessoires et outillages deviennent des perspectives de revenus très intéressants.



Pirogue de pêche à Diogué à l'embouchure du fleuve



La Casamance avec ses 86 km de côtes, son plateau continental, son fleuve long de 300 km et ses multiples bolongs est riche en ressources halieutiques et offre d'énormes potentialités pour la pêche maritime, lagunaire et fluviale. On compte plus de 4.000 pirogues motorisées pour 8.000 pêcheurs qui ramènent à terre 18.000 tonnes de poissons et 2 tonnes de crevettes par an.

On dénombre plus de 80 espèces de poissons, yaaboy (sardinelles), rougets, soles, thiofs (mérous), wahoos, dorades, sérioles, ombrines, thons, espadons, marlins, carpes rouges, blanches, grises, noires, capitaines, carangues, barracudas, otolithes …



Fleuve Casamance Retour en haut de la page Laissez nous un message Page suivante