Accueil Kassoumay Le Sénégal
Monagence.com


Sine Saloum

 


> Accueil

> Le Sénégal
    > Dakar
    > Gorée
    > Lac Rose
    > Rufisque
    > Saint-Louis
    > Djoudj
    > Barbarie
    > Petite Côte
    < Sine Saloum
    > Niokolo Koba
    > Casamance
    > Carabane

> Flore
> Faune
> Sénégalais
> Activités
> Cuisine





L'estuaire des fleuves Saloum et Sine, au nord de la Gambie, est un dédale de plus de 200 îles recouvertes de mangroves, palétuviers, baobabs, fromagers, constituant un réseau d'innombrables bolongs où se mélangent l'eau salée et l'eau douce.

334.000 ha du Delta du Saloum sont classés depuis 1981 comme Réserve Mondiale de la Biosphère. Le parc national du Delta du Saloum créé en 1976, deuxième parc du Sénégal après Niokolo Koba, en occupe 76.000 ha. Cette réserve, classée depuis 1984 zone humide d’importance internationale (site Ramsar) abrite plus de 250 espèces d’oiseaux , pélicans, hérons, aigrettes, sarcelles, goélands railleurs, sternes royales et caspiennes …
Et des phacochères, cobes, hyènes, singes verts, patas, lamantins, dauphins, tortues …


Bolong du fleuve Saloum




Pélicans, aigrettes et cormorans perchés dans les palétuviers Le meilleur moyen de visiter les îles du Saloum et d'observer les oiseaux reste l'excursion en pirogue. Ces ballades sont possibles au départ de Djiffer, un petit village de pêcheurs saisonniers qui se sont définitivement installés là.

Sur l’île de Niodor, pays de l'écrivain Fatou Diome, les villageois pêchent et récoltent les coquillages dans un magnifique paysage de mangroves, palmiers et baobabs.


A visiter, la Pointe de Sangomar qui à cause de l’avancée de la mer dans les terres est devenue depuis 1998 une île. Sangomar est aujourd’hui coupée de Djiffer sur le continent par 6 km d’océan. L'île de Sangomar est inhabitée, mais avec son caractère sacré les populations de la région croient fermement que c'est un repaire pour les esprits ...


Les campements touristiques se trouvent à Palmarin, au sud de Djiffer. En bordure d’Océan, Palmarin offre 30 km de belles plages de sable et une Réserve Naturelle Communautaire destinée à protéger et sauvegarder la faune et la flore. Sur les 10.400 ha de la réserve de Palmarin créée en 2001 sont uniquement tolérés l'exploitation agricole et l'élevage, l’abattage d'arbres et les constructions d'habitations sont interdits. Comme dans tout l’estuaire du Saloum, les bolongs et la mangrove sont peuplés de nombreux oiseaux.



Pêcheurs du village de Djiffer





Pêche traditionnelle au filet Le Sine Saloum est la région des Sérères, constitués des Sine-sine, Safen, Palor, Ndout et Niominka. Des animistes qui ont quitté le Nord du Sénégal au 11ème siècle pour fuir le Jihad des Almoravides, des guerriers qui ont apporté l’Islam du Sahara.

Le Saloum étant navigable jusqu'à Kaolack et le Sine jusqu'à Fatick, la pêche est leur principale activité économique avec plus de la moitié de la population qui évoluent dans ce secteur.





Foundiougne, une petite ville en bordure du Saloum, était à l’époque coloniale un important pôle commercial grâce à son port, autour duquel subsistent toujours quelques maisons coloniales.

Pour atteindre un taux de couverture de 12% de son territoire en aires protégées, pour seulement 8% actuellement, le Sénégal privatise la gestion de ses forêts. Après Bandia le premier parc privé dans la région de Mbour, c’est la réserve de Fathala à Foundiougne, inaugurée en avril 2003, qui a été confiée à la Société pour la Protection de l’Environnement et de la Flore du Sénégal. Les 6.000 ha de forêt classée de Fathala vont être prochainement repeuplés par des centaines d’animaux.







Kaolack, 210.000 habitants au cœur du Sine Saloum, est la capitale de l'arachide à 180 Km de Dakar. Son port est le lieu d'embarquement de l'arachide et du sel extrait des nombreuses salines du fleuve Saloum.



Baobab Guy Njulli
A Kahone, ancienne capitale du Sine Saloum à 5 km de Kaolack, trône un gigantesque baobab mythique appelé Guy Gu Rey Gui. Autrefois cet arbre servait de refuge aux circoncis pendant plusieurs semaines, le temps de la guérison et de l’apprentissage de la vertu, du courage, du maniement des armes …


Tous les ans début mai est organisé à Kahone le Gamou, des séances de divination pour prédire le déroulement de l’hivernage. Cette manifestation traditionnelle remonte au 16ème siècle.





Cercles mégalithiques

A voir dans la région de Nioro-du-Rip, au Sud de Kaolack, des monuments funéraires en cercles de mégalithes taillés dans la roche de latérite. Ces mégalithes, vestiges d’une civilisation qui vécut 1.500 ans et qui abandonna ses rites funéraires au 15ème siècle, sont visibles sur plusieurs sites dont Sine-Ngayène et Wanar classés au Patrimoine Mondial de l'UNESCO en 2006.




Mégalithes taillés dans la roche de latérite


Sine-Ngayène regroupe 1.102 pierres mégalithiques, 52 cercles et une centaine de tumulus représentant les vestiges d’anciennes nécropoles. Les mégalithes sont les restes des grands sites funéraires, les tumulus sont un monticule de terre et une pierre mégalithique placée à l’est. Les cercles sont composés de caveaux comprenant des familles ou des clans entiers.

A Wanar on peut voir 24 cercles mégalithiques, les pierres y sont plus petites mais taillées plus finement, des "pierres lyres" en forme de A ou de Y.




La région de Fatick regorge de sites et monuments historiques de l'épopée Sérère, Diakhao Sine, Fadanne, Mbissel, Ndoffane, Ndiongolor ... Diakhao, dernière capitale du royaume du Sine à environ 10 Km de Fatick, regroupe les sépultures des buur, les rois Sérères, enterrés dans leur palais, Coumba Ndoffène, Lath Souké Fathiam, Mayé Kor Diouf dernier roi du Sine …



Plage de N'gor Retour en haut de la page Laissez nous un message Page suivante